A l’approche des grandes pluies, le Ministère des Travaux Publics et le Fonds d’Entretien Routier s’activent et engagent des actions de réfection des points critiques qui pourraient empêcher la circulation. Ces travaux de pluie résistantes sur plusieurs routes nationales permettent aux voies de résister aux fortes, causant parfois des coupures sur certains axes.

Pont de Tabili sur la nationale N°1 Coyah – Kindia

De Coyah à Labé en passant par Kindia, Mamou, Dalaba et Pita, des points noirs sont arrangés, des nids de poule bouchés, d’autres en chantier en cours.

L’image de la route Mamou – Dalaba Boulliwel avant le passage de la ministre

Ces derniers jours sur la nationale N°5, des points noirs, très critiques générer du cheveux blanc aux usagers de l’axe Mamou-Dalaba. Au niveau de Boulliwel, une fondrière rendait la circulation quasi impossible, notamment pour les petites voitures.

L’image de la route Mamou – Dalaba après le passage de la ministre

Cependant, après son passage sur la zone pour Labé, la Ministre a immédiatement ordonné la reprise des moteurs afin de circonscrire ces points noirs. Aussitôt dit, les travaux ont commencé la même nuit aux environs de 20, et les points sont déjà en cours de réparation dans les 24 heures qui ont suivi. Une promptitude qui a permis à la circulation de continuer normalement.

De Labé à Gaoual, une voie presqu’entièrement bitumée, c’est le Col de Sinta qui retient l’attention de l’opinion et inquiète les usagers. Cette partie de 25 kilomètres est à date en phase de réfection, afin de maintenir la circulation.

Col de Sinta entre Labé – Gaoual

Quant aux trous et dégradation de la route Labé-Mali, une entreprise y est installée pour refaire à travers de la latérite, les 120 kilomètres qui séparent les deux préfectures.

C’est le constat fait par une délégation du département des Travaux Publics et du Fonds d’Entretien Routier, conduite par le Ministre, Khadidia Émilie Diaby. Partout où elle est passée, la Ministre a donné des instructions fermes aux responsables des entreprises opérant sur le terrain afin que l’essentiel des travaux soit dans un bref délai pour éviter le pire qui pourrait être causé par les pluies.

La rencontre du ministre des Travaux Publics avec le Gouverneur et les préfets

Arrivée à Labé, le Ministre a rencontré le Gouverneur de région et les préfets concernés de Labé. Elle les a invités à se mettre au travail pour assurer un contrôle sérieux sur les travaux en cours. Ceci constitue une nouvelle approche dans la gestion des travaux publics, qui implique les autorités régionales et préfectorales.

Au sorir de l’entretien, le Gouverneur de Labé s’est montré satisfait de l’ambition exprimée par la cheffe du département. En ce qui le concerné, Madifing Diané a promis un engagement sans faille, pour le suivi des travaux.

Madifing DIANÉ, Gouverneur de la région de Labé

“C’est une réelle satisfaction. Car, cette dame est lieu avec des idées fondées sur la conviction, surtout sur l’expérience. Ce qu’elle nous a dit est rassurant. Au delà des constats sur la gestion de nos routes depuis des années, elle nous a demandé des solutions. Dans ces solutions, nous mêmes sur est des acteurs, parce qu’elle nous a demandé de nous impliquer. Pour l’instant elle est lieu restaurer les endroits qui peuvent permettre le blocage de la circulation. Elle nous a rendu responsables de la circulation de ces informations.

Elle nous a assuré que désormais, chaque préfecture, chaque région, aura une cellule de maintenance des routes. De notre côté, nous donnons une assurance à madame la Ministre. Elle nous verra dans le suivi comme elle l’a exigé pour nous permettre d’avancer dans ces travaux”, a rassuré le Gouverneur.


Parmi les actions en cours, il y a la réfection du Col de Sinta. Ce tronçon qui se situe entre Thiaguel Bori et Komba, à une cinquantaine de kilomètres de Gaoual, est en train d’être réhabilité. Ce, pour faciliter la mobilité des usagers, à en croire le Directeur régional des Travaux Publics de Labé.

Saidou Pita Diallo, Directeur régional des Travaux Publics de Labé

“Ça c’est une route très importante. C’est une route internationale, parce qu’elle mène à la frontière avec le Sénégal en passant par Koundara. De Labé jusqu’au Sénégal, tout est bitumé, sauf cette partie qui s’ étend sur 25 kilomètres. C’est un problème de financement qui empêche le butimage de cette partie qu’on appelle le Col de Sita. Nous saluons la présence de la Ministre sur le terrain. Cela montre qu’elle se soucie de la construction de nos routes, parce que cette route se coupe chaque fois. Alors le Ministère a passé ce contrat pour éviter que la route se coupe comme d’habitude. Donc on estime qu’avec ces travaux en cours vont permettre à la route de tenir jusqu’ à la fin de la saison des pluies”, a souligné Saidou Pita Diallo.

Avec l’objectif de maintenir et de faciliter le trafic sur cette voie, aujourd’hui internationale, l’entreprise en charge du projet est sur place. Elle promet une continuité de la circulation malgré, les fortes pluies.

“Nous faisons l’entretien de la route sur les 25 kilomètres qui restent entre Labé et Sénégal. Ici, la circulation est souvent bloquée par le mauvais état de la route sur le Col de Sita. Alors on est en train d’entretenir cette partie pour maintenir la circulation pendant cette période des grandes pluies. On fait de notre mieux pour que les usagers ne soient pas empêchés de pratiquer cette voie”, a indiqué Ki Wenzy au nom de Power Thaïna.

Amadou Bah, chauffeur

Quelques semaines après le début des travaux de réfection de ces 25 kilomètres, les usagers de la route Labé-Gaoual voient une amélioration et demandent à l’État de faire plus.

“Avant on faisait 1h30 minutes, voire 2 heures sur ce tronçon de 25 kilomètres. Mais Aujourd’hui, nous disons Dieu merci, parce que ça bouge sincèrement. Maintenant on fait moins d’une heure de temps. , a été et exhorté d ‘Ama Bah, chauffeur.

Quant à la route Labé-Mali, les travaux avancent sur les 120 kilomètres. C’est une assurance faite à la Ministre par l’entreprise en charge du projet et du préfet du Mali.

Leave a Comment