Dans le cadre de la restructuration et de la redynamisation des services du Ministère des Travaux Publics avec ses partenaires nationaux et internationaux, Madame la ministre Khadidia Emilie DIABI accompagnée de ses cadres a, au cours d’un séminaire d’échanges organisé ce mercredi 02 juin 2021 dans la salle de réunion du Ministère de l’économie et des finances, fait un exposé devant ses homologues du Plan, du Budget, des finances et les partenaires techniques et financiers, fait la présentation des réformes engagées pour obtenir non seulement les meilleur résultats sur les actions menées mais aussi rendre le personnel plus efficace et productif dans le temps.

Cette rencontre d’échanges s’inscrit autours des points suivants :

La restructuration du Ministère pour augmenter la planification, accroître le suivi des projets ;
La création de l’AGEROUTE qui sera chargée de l’exécution, la passation des services et la gestion des projets
Le FER vers la 3e génération qui va devenir un pack financier beaucoup plus important pour tout ce qui est de la mobilisation des ressources pour les routes.
Pour la ministre des travaux publics, ce séminaire d’échanges permet de prendre en compte les préoccupations des partenaires techniques et financiers qui sont en ligne avec les réformes du ministère. « C’est un séminaire d’échanges pour qu’on puisse prendre en compte leurs préoccupations, des préoccupations des partenaires sont en ligne avec la reforme. Maintenant, nous devons travailler à ce que cela soit une réalité. Pour ce qui est de mes ministères homologues, des représentants étaient là, nous continuons la discussion. » a-t-elle déclaré avant de préciser qu’« Une réforme n’est pas la signature d’un décret, c’est la mise en place d’une certaine procédures. Donc, nous serons avec eux pour la prochaine séance de travail.»

Pour sa part, Monsieur Souleymane TRAORE, Directeur Général du Fonds d’Entretien Routier a expliqué la nécessité d’un Fonds d’Entretien Routier de la 3e génération à l’instar des pays voisins comme la Cote d’Ivoire ou Sénégal. « Je pense qu’il y a beaucoup de projets qui sont en cours qui nécessitent qu’il ait pesages sur nos routes et péages sur certains grands ouvrages comme dans certains pays. Avec le fonds de la 3e génération, les ressources du FER peuvent être un levier puisque la loi 056 permet à ce que le FER puisse désormais emprunter sur les marchés financiers. Ce qui n’était pas prévu dans le texte et ces ressources peuvent être un levier pour permettre de lever d’autres fonds. Ce qui est prévu c’est que le FER puisse participer à la réhabilitation et à la construction des routes en fonction des ressources qu’il va avoir sans remettre en cause évidemment, l’entretien des routes qui sont financés sur des ressources nationales ou par les bailleurs et les bailleurs tiennent énormément à ce que les routes qu’elles financent puissent être bien entretenues. Donc, ces reformes-là qui sont à temps dans d’autres pays en allant progressivement vers une 3e génération sans remettre en cause les acquis de la 2e génération sont nécessaires pour permettre cette nouvelle Situation. »

A préciser que cette rencontre permet selon la ministre, d’échanger sur l’essentiel et d’harmoniser les activités pour apporter des solutions vraies et durables aux problèmes des populations à travers une démarche structurée, rationnelle et globale.

Leave a Comment